“L’heureuse rencontre entre un patrimoine phénoménal et des techniques de pointe”

Show sons et lumières monumental à 360°, ce spectacle réinvestit la cour d’honneur du Palais des Papes d’Avignon du 12 août au 30 septembre. Son concepteur Bruno Seillier revient sur un formidable succès et livre quelques nouveautés pour la 5e édition. Interview.

Journal du Pays Salonais & du Pays d’Aix :

Scénariste, metteur en scène, directeur artistique, comment en arrive-t-on à cette triple casquette ?

Bruno Seillier : C’est un rêve d’enfant de faire des spectacles. Tout petit, je voulais créer des spectacles mais je ne savais pas encore de quelle nature ! J’ai monté mon premier spectacle à 20 ans et tout est allé très vite ensuite. A 28 ans, en 2002, j’ai réalisé le bicentenaire de l’école de Saint-Cyr au château de Versailles, puis tout s’est enchaîné. Aujourd’hui, je compte 46 spectacles à mon actif dans des domaines très variés car j’essaye de me renouveler, d’innover, de ne pas rester dans un genre. C’est comme ça que je suis arrivé à la vidéo monumentale que j’ai d’abord testée aux Invalides à Paris.

JDPS : Les Luminessences d’Avignon repartent pour leur 5e saison cet été. Un léger renouvellement est annoncé, à quoi doit-on s’attendre ?

Bruno Seillier : Le cœur du spectacle reste le même. Il s’agit d’un spectacle de 40 minutes en sons et lumières projetés dans la cour d’honneur du Palais des Papes d’Avignon qui conte 1 000 ans d’histoire de la ville et notamment l’empreinte forte des papes. Nous conservons la version anglaise du spectacle qui remporte un très grand succès ainsi que nos trois voix : Francis Huster, Claude Giraud et Céline Duhamel.

Mais pour cette 5e édition, nous avons souhaité innover en ajoutant deux scènes pour quatre minutes de plus. La première est une référence à une célèbre ritournelle connue dans le monde entier ! L’occasion de faire apparaître le Pont d’Avignon pour la première fois dans le spectacle. La seconde évoque les roses d’or offertes jadis par les papes d’Avignon, une tradition perpétuée notamment par des papes contemporains. Il sera aussi question du travail de la vigne sous la papauté d’Avignon.

JDPS : L’événement a attiré 300 000 visiteurs depuis sa création, comment expliquer ce succès ?

Bruno Seillier : Je crois que le succès s’explique par cette heureuse rencontre entre un patrimoine phénoménal connu dans le monde entier, cette cour des arts, l’une des plus prestigieuses au monde et leur mise en valeur par des techniques de pointe. La cour d’honneur est le seul lieu de mes spectacles où le spectateur est plongé au cœur du monument pour une immersion totale. Ce qui fonctionne c’est également cette féerie sonore et visuelle qui en fait un spectacle culturel à part entière et fidèle à l’histoire. Il peut être une porte d’entrée sur Avignon et donner des envies de découverte. C’est une bonne introduction à des visites.

JDPS : Vous dites que “bâtir un spectacle est un art”. Qu’est-ce qui compte pour que l’alchimie fonctionne ?

Bruno Seillier : Il faut d’abord respecter le monument et être sûr que l’image cerne la totalité de la cour d’honneur. Ensuite, il faut se mettre à la place du spectateur et trouver comment le captiver en alternant bien les visuels. C’est un peu comme une recette de cuisine, c’est du dosage entre le frisson, l’émotion, c’est aussi surprendre et faire rire.

JDPS : Vous avez travaillé sur plusieurs lieux prestigieux et chargés d’histoire : les Invalides, Notre-Dame de Paris, le Palais des Papes d’Avignon donc : qu’ont-ils en commun ?

Quels sont les atouts du Palais des Papes ?

Bruno Seillier : Je dirais que le point commun ce sont les pierres. Elles ont assisté à l’histoire du monument et c’est un peu comme si les soirs de spectacle elles la restituaient. Il faut jouer avec les pierres et concevoir une scénographie alliant la rigueur historique à la modernité technologique. Le point commun réside dans la manière dont vous utilisez la haute technologie pour rendre l’histoire vivante et facile. Aux Invalides, on a la monarchie, l’Empire, la République. Avec les Luminessences, c’est la papauté d’Avignon et l’histoire de la ville. Et dans ce cas, la cour d’honneur apporte une dimension physique car le spectateur est cerné. Il y a aussi cette diffusion sonore qu’elle offre, incroyable et unique !

LES LUMINESSENCES

Palais des Papes d’Avignon
Du 12 août au 30 septembre, tous les soirs, à 21h15. www.lesluminessences-avignon.com