Un cavalier des Alpilles part défier les Américains

Sebastien Fabre de Maussane- les-Alpilles est le seul Français qualifié pour la finale mondiale de “Team roping” à Las Vegas du 10 au 17 décembre. “J’ai hâte de me confronter aux meilleurs car je suis très compétiteur”, dit-il, impatient.

Sans titreIl connaît les Alpilles comme sa poche. Toute l’année, Sébastien Fabre amène dans son sillage tout un petit monde de touristes. Accompagnateur de tourisme équestre, ce Maussanais de toujours les guide sur les chemins avec un enthousiasme intact pour l’environnement exceptionnel auquel il est profondément attaché. Endroits secrets, points de vue inédits sur les oliveraies, les vignes et sur des horizons plus lointains : il partage les meilleurs spots des Alpilles. Au Petit Roman, l’écurie qu’il dirige à Maussane depuis ses 19 ans, Sébastien Fabre s’est également fait une spécialité du dressage des chevaux. On lui confie même parfois les plus récalcitrants d’entre eux qu’il dompte avec poigne.

Dans ce quotidien au pas, au trot ou au galop (c’est selon), il trouve pourtant la place pour s’adonner à sa passion dévorante du “Team roping”. Sébastien Fabre fait même parti des meilleurs de cette discipline qui consiste à cheval, à capturer du bétail au lasso. Au point qu’il soit le seul Français et le seul Européen qualifié pour la finale mondiale de “Team roping” qui se déroule à Las Vegas du 10 au 17 décembre prochains. Le Maussanais va se mesurer aux as d’une pratique presque aussi populaire que le football auprès des Américains. Pour faire la différence, il s’agit d’allier l’excellence technique à la précision du cavalier et d’y ajouter une parfaite maîtrise du lasso. Le tout complété par un sens aigu du positionnement face au bétail et une forte rapidité d’exécution. “J’ai hâte de me confronter aux meilleurs car je suis très compétiteur”, confie Sébastien Fabre. “Je ne veux pas qu’ils se disent que le petit français s’est qualifié par accident”. Le Frenchie a débarqué voilà près de dix ans au pays des cow-boys pour parfaire sa technique du “Team Roping”. C’est un premier séjour dans un ranch de Patagonie offert par sa maman pour ses 17 ans qui l’avait, quelques années auparavant, convaincu de s’investir pleinement dans la discipline.

Et les cow-boys du cru lorgnent toujours d’un air étonné le petit Frenchie. “Mais une fois qu’ils me voient à cheval, ça va mieux !”, plaisante Sébastien Fabre. Il faut dire que pour le Maussanais, monter à cheval est presque une seconde nature. “J’étais en selle à 6 mois dans les bras de mon papa passionné de monte camarguaise et issu d’une famille de manadiers, puis j’ai eu les rênes en main dès l’âge trois ans”, confie-t-il. Le travail acharné a fait le reste pour se perfectionner et pouvoir enchaîner les compétitions en France et en Europe couronnées par de nombreux trophées (dont plu- sieurs championnats de France)... jusqu’à sa qualification pour la finale mondiale de cette fin de l’année. Dans cette perspective, Sébastien Fabre continue de s’entraîner d’arrache-pied au travail du bétail chez des éleveurs de la région ou au moyen de vaches mécaniques.

La clé de la réussite ? “Rien d’autre que l’entraînement, l’entraînement et encore l’entraînement...”, assure le Maus- sanais qui espère bien réaliser son rêve américain.