Top1_header

Top1-5Van Lith et MAX B – XB MA plongés dans la lumière du Sm’art

Le festival d’art contemporain d’Aix-en-Provence met à l’honneur, pour son 10e anniversaire, deux grands artistes méditerranéens.
L’un vit à Biot, l’autre à Pernes-les-Fontaines… et tous deux méritent le détour

Top2-1

Jean-Paul van Lith

En 2014, il a fait un passage par le Sm’art histoire d’en savoir davantage sur l’association La Bourguette.

Céramiste de formation, Jean-Paul van Lith revient en 2015 à Aix en tête d’affiche. Lui qui a suivi un parcours d’expériences et de techniques multiples, marqué par l’originalité et une grande puissance créative, décorative et coloriste, n’hésitant pas à mêler de façon inattendue les matériaux, conciliant tradition et innovation, en évoluant dans un univers exubérant et baroque.

Ancien élève de l’École des Arts Appliqués à l’Industrie de Paris, l’artiste d’origine flamande s’installe sur la Côte d’Azur en 1962. Dans la lignée des artistes du Sud de la France côtoyant, imprégnés de l’héritage de Picasso et de Fernand Léger, van Lith produit une grande variété de pièces décoratives présentes dans les musées français et étrangers et pour lesquelles il obtient de nombreux prix et distinctions. Reconnu pour ses réalisations monumentales en béton, céramique ou métal, le natif d’Argenteuil qui fête ses 75 ans cette année réalise son plus grand ouvrage dans la conception d’un tunnel routier de 1 300 m2 de céramique pour la ville de Cannes.

Top2-2Curieux, van Lith s’intéresse aussi au travail du verre depuis 1980, avant de devenir designer pour cinq grandes cristalleries en France et au Portugal (de 1980 à 2000). Il est aujourd’hui revenu à ses premières amours, la peinture… qu’il n’a jamais vraiment quittée. Attachant, parfois excessif et provocateur, il assume toujours son art avec liberté et audace. Tour à tour céramiste, verrier, dessinateur, sculpteur, peintre, il est aussi collectionneur, s’intéressant à l’histoire des métiers d’art contemporain ; revendiquant “plusieurs vies artistiques”, il livre un univers poétique teinté d’images simples et épurées. Une sorte d’invitation au voyage…

UN MARSEILLAIS DANS LE LUBERON

En 2015, le Sm’art rend également hommage au peintre MAX B, l’un des artistes majeurs du mouvement de la Nouvelle Figuration, méconnu du grand public mais très prisé par les grands collectionneurs en raison de la très grande diversité et de l’abondance de ses créations. Résidant à Pernes-les-Fontaines, cet artiste secret est né à Marseille, dans la calanque de Malmousque. Précoce, il est reçu au concours d’entrée de l’Ecole des Beaux-Arts de Marseille… alors qu’il n’a même pas14ans!

De nature inquiète et révoltée, le garçon à la sensibilité aiguisée et rêveuse s’accommode mal de l’académisme des cours… et se voit renvoyé pour indiscipline et esprit contestataire, malgré un premier prix de dessin et de peinture. Se sentant incompris, il s’inscrit dans un petit cours de peinture sur le Vieux-Port, vendant ses dessins dans la rue et travaillant à la craie sur les quais pour gagner sa vie.

Depuis les années 70, MAX B (alias Max Boutefroy) est retiré avec le Luberon, et plus précisément dans une grande demeure dont il ne sort quasiment jamais ! Replié dans son antre, il peint encore de façon prolifique à bientôt 75 ans, n’ouvrant ses portes avec parcimonie qu’aux collectionneurs. “La première fois que je l’ai rencontré, c’était il y a une dizaine d’années à Metz. J’étais fascinée pour cet artiste qui s’était volontairement mis en marge du monde des marchands et qui, néanmoins, était courtisé et dont ses œuvres étaient vendues dans le monde entier”, rappelle Christiane Michel, commissaire générale et présidente-fondatrice du Sm’art. Un artiste dont on aura la chance de percer le mystère en admirant son travail au Parc Jourdan.

MAX B

Le Sm’art, c’est aussi… 

Top2-4

Antoony Squizzatto

Le street art : le rendez-vous phare de l’art contemporain dans le sud de la France est également l’écrin des artistes graffeurs du street art, C215, M.Chat et Jimmy C, des artistes étonnants, surprenants, un peu dingos parfois, mais “so Sm’art” !

La douceur du volume et la force de la couleur, avec la plasticienne Yo Bastoni connue pour ses sculptures monumentales et ses collections de toiles basées sur l’abstraction narrative ; un travail qui fait rimer sensibilité avec sensualité.

Des techniques folles et merveilleuses, avec D. Capocci qui s’affirme avec son mouvement très Rock’art, les abstractions cachotières de l’artiste Elisabeth Von Wrede, les déjeuners sur l’herbe de Marie-Laure Morin, l’univers abstrait et coloré de Jorge Colomina ; ou encore, comme déposées à la pince à épiler dans une myriade de confettis, les œuvres de Céd. Vernay. Mais encore, l’Art Cinétique en mouvement, grâce à une technique minutieuse, géométrique et mathématique, présentée par Nathalie Cohen. Il faudra aussi compter sur la spontanéité et la fantaisie de Christine Barres, une fidèle du Sm’art, à la charnière de l’abstrait et du figuratif, ainsi que sur les œuvres de Mila tels des carnets de voyages de sa vie et de ses émotions !

o Bastoni

o Bastoni

Les œuvres qui incitent à une double lecture… Telles que celles d’Antony Squizzato, avec l’expo “Alone together”, pour qui la peinture est un combat permanent entre son instinct et sa rai- son avec humour et gravité, ou celles de Claude Maisonneuve qui se laisse guider par les mots de Cézanne “je veux peindre la virginité du monde”, ou encore l’artiste botaniste Pat’Ales qui se situe entre peinture et nature ; sans oublier les paysages urbains de Julien Avignon ou encore l’artiste adepte du dripping et créateur de l’impressionnisme abstrait, David Driotton.

L’inspiration mode et la photographie sont aussi représentées au Sm’art. Issue du monde de la mode, il ne faut pas manquer la designer barcelonaise To Gallardo, avec ses compositions textiles inoubliables ; Marie KVK qui travaille un pied à New York, l’autre en Provence, peint des toiles très énigmatiques ; enfin, à découvrir la photographe Pascale Miller, remarquée en 2011 et choisie cette année-là pour illustrer le stand Hahnemühle au prestigieux salon de la photographie internationale de Paris.